YA+K 3 LES INGRÉDIENTS DE LA LIBERTÉ

Mis à jour : sept. 21






Dans l'article précédent (YA+K 2), nous avons vu que notre cerveau est dysfonctionnant, qu'il interprète et déforme la réalité, parce que nous avons développé un système de croyances personnelles, familiales et sociétales qui nous fait regarder la réalité à travers le « trou d'une serrure ».

Mais ce n’est pas une fatalité puisque nous avons la possibilité de le reprogrammer.

ET SI MAINTENANT NOUS CONSIDÉRIONS L’IMPACT DU MONDE EXTÉRIEUR SUR NOTRE CERVEAU ?

Les sociétés humaines, pour la plupart, fonctionnent sur le principe de la loi du plus fort depuis des milliers d'années.


Nous sommes invités en permanence à avoir un avis. Cette demande de jugement systématique de tout et de n'importe quoi est d'autant plus criante avec le coronavirus :

  • D'un côté nous avons « le système » : les institutions, les médias classiques, l'industrie etc. : le monde tel que nous le connaissons

  • De l'autre côté, nous avons ceux et celles qui pensent que le système nous ment, qu’il fait n’importe quoi, qu’il cherche à nous contrôler : « les opposants ».

  • Nous avons donc nos « pour ou contre », puis il y a le reste de la population.

La théorie du changement nous dit que 10% des personnes concernées par un changement (ou une prise de décision) sont d’accord pour s’y investir, 10% sont absolument contre et 80% non pas d'opinion. L’enjeu pour les 2 extrêmes est de convaincre le maximum de 80% du bien fondé de leurs positions respectives.

Leurs procédés conscients ou inconscients vont être différents mais auront les mêmes impacts sur le cerveau et notamment sur notre cerveau reptilien.


Pour exemple, prenons le contexte du coronavirus :

Début de l’épidémie : nos dirigeants français ont agi de manière chaotique = incertitude = sentiment d’insécurité = peur (cerveau limbique) = danger (cerveau reptilien).


Le cerveau reptilien ne fait pas plus la différence entre l'attaque d'un ours polaire, d'un virus ou de propos dérangeants de la part d'un collègue, etc. S’il identifie un danger dans une situation, il provoque 1 réaction instinctive :

  • Soit l’attaque : peur, colère, conflit, violence, etc.

  • Soit la fuite : peur, prendre ses jambes à son cou, etc.

  • Soit l’inhibition : peur, tristesse, soumission totale ou partielle

C’est pour cela que certaines personnes se sont ruées sur les pâtes et le PQ.


Puis le président de la république a annoncé qu’il prenait des décisions fermes et réfléchies. Pour notre cerveau reptilien c'est du pain béni car il aime se référer à une autorité supérieure, ce qui l’oblige à n’avoir aucune initiative personnelle…


Les opposants : leur stratégie est d’énoncer des faits contradictoires et les incohérences du système = renforcement de l’incertitude = sentiment d’insécurité = peur (cerveau limbique) = danger (cerveau reptilien).


Finalement, les « pour et les contre », en ayant des objectifs totalement différents en sont arrivés exactement au même résultat, c'est à dire bloquer la réflexion (néocortex) d'une partie des 80% … est ce volontaire…voulez-vous prendre parti ?


Ainsi fonctionne la loi du plus fort, j'aurais pu prendre d'autres exemples comme des conflits entre voisins, dans un couple etc…C'est un fonctionnement automatique de l'humanité…mais cela aussi se déprogramme …

LA VOIE DU MILIEU…UN NOUVEAU CHEMIN ?

Ne serait-ce pas une croyance collective que ces 20% seraient les sachant ?


Ne regardent-ils pas le monde à travers le trou de la serrure eux aussi ?


Leurs propres systèmes de croyances n’interfèrent ils pas dans leur perception de la réalité ?


Nous avons toujours vécu dans un monde incertain, nous nous sommes cachés derrière notre monde moderne de la consommation en croyant que nous avions le contrôle. Mais la réalité de l'existence est tout autre et l'époque que nous vivons nous met sous les yeux ce que nous ne voulions pas voir : Vivre, c'est accepter de ne pas savoir ce qui va se passer et avoir confiance dans l'avenir.


« Ceux qui prétendent détenir la vérité sont ceux qui ont abandonné la poursuite du chemin vers elle. La vérité ne se possède pas, elle se cherche » Albert Jacquart


Nous avons 3 cerveaux, le reptilien (survie), le limbique (émotions, système de croyances) et le néocortex (réflexion, régulation des émotions, apprentissage et CONSCIENCE).


Notre société occidentale, par son fonctionnement, conduit l'individu à fonctionner la plupart du temps avec les 2 premiers cerveaux, D'où notre tendance à porter des jugements en permanence, c'est à dire à être pour ou contre tout et n'importe quoi.


Nous sommes bien loin de l'homo sapiens sapiens parce que la sagesse ne peut venir que par la stimulation du néocortex…qui induira une réduction massive du jugement et de la prise de parti…donc la réduction des conflits en tous genres.


Car c’est en acceptant la réalité telle qu’elle est sans la déformer par nos croyances intérieures et sans se laisser « embarquer » dans les jeux de pouvoirs psychologiques extérieurs que nous devenons libres.

L’IMPACT DES PENSÉES SUR LA RÉALITÉ

Nous sommes énergie informationnelle, nos pensées déterminent la réalité et nous sommes tous interconnectés (voir les 2 premiers YA+K), ce qui signifie que ce que nous pensons, ressentons est partagé avec les autres.


Si nos pensées créent la réalité, alors en laissant les autres manipuler notre cerveau, nous renforçons la réalité actuelle :

  • En acceptant la soumission à une autorité supérieure : nous validons par nos pensées son existence et notre non-action.

  • En prenant parti pour les opposants au système, nous validons leur existence et nous renforçons l’existence de l’autorité supérieure, puisque qu’en s’y opposant, les opposants valident son existence par leurs pensées.

  • Quand le « système » appelle les opposants « les complotistes », ils valident et renforcent leur propre existence ainsi que celles des opposants.


« Un rebelle est celui qui ne réagit pas contre la société. Il observe et comprend tout le manège et il décide simplement de ne pas en faire partie. Il n'est pas contre la société, il est plutôt indifférent à ce qui s'y passe. C'est la beauté de la rébellion : la liberté. » Osho

C’EST DE LA VÉRITÉ QUE NAÎT LA LIBERTÉ

La 1ère des libertés n’est pas dans le droit de sortir de chez nous ou d’aller au restaurant mais de retrouver notre souveraineté intérieure, ainsi nous récupérons notre pouvoir de décision dans tous nos domaines de vie.


C'est notre capacité à regarder la réalité telle qu'elle est qui nous permet de prendre les bonnes décisions et de passer à l'action en toute liberté…et en toute sécurité.

Dans le cas contraire entre nos croyances et les attentes du monde extérieur, nous sommes submergés, dépassés, emprisonnés sans le savoir par nous-mêmes.

YA+K reconfigurer notre cerveau !

  • Stimuler le néo cortex par la méditation, formidable outil pour gérer ses émotions dont la peur et qui favorise le développement exponentiel naturel de la CONSCIENCE.

  • Identifier nos croyances intérieures inconscientes (cerveau limbique), les changer pour réaliser nos rêves, oser être.

…ET AINSI CRÉER UNE AUTRE RÉALITÉ !

Mais n’oubliez pas que si vous croyez regarder la réalité en face sans faire ce travail, c’est un leurre de votre cerveau ou alors vous êtes un(e) extraterrestre ! Par ce qu’il en va ainsi du cerveau humain : nous ne sommes des hommes et des femmes sages qu’en dépassant notre nature primaire.

YA+K… être libres !


Accès aux articles YA+K :

Contact
Christelle charlier

Les Séances de coaching ont lieu en face à face, par téléphone et visio (skype par exemple)

Tél : 06 18 56 02 46

christelle.charlier@capera.fr

© 2019 par Christelle CHARLIER - Mentions légales