top of page

EPISODE 10 - LA VOIE DU MENFOUTISME - L'INTELLIGENCE EMOTIONNELLE AU QUOTIDIEN

Dernière mise à jour : 19 janv.



Apprendre à écouter son intuition, est-ce bien raisonnable ? est-ce une mode ? un joujou pour menfoutistes ? ou est-ce quelque chose de précis, une faculté propre à chacun de nous si nous apprenons à la développer ? comment savoir que l’on en fait usage ou pas ? comment la reconnaître ? c’est ce que je vous propose d’explorer au travers de la chance liquide d’Harry Potter


L'intuition est-elle le fruit du hasard? est-elle un coup de chance subite qui se manifeste à chacun de nous ou alors serait-ce parce que soudain nous sommes ouverts à quelque chose de nouveau, que nous ne pouvions pas voir jusque-là ?


LA VOIE DU CONTROLE

Dans un monde où on nous a appris depuis tous petits à être dans le contrôle, à ne pas écouter nos émotions et surtout être rationnels en toute circonstances, cela paraît bien farfelu.  Et pourtant, quand Harry Potter décide de boire la fiole de chance liquide, c’est bien son intuition qui le pousse à le faire.


Il est d’ailleurs mal parti puisque depuis des mois, il cherche à bousculer la chance, insistant lourdement auprès du maitre des potions, Horace Slughorn, pour obtenir de lui une information capitale dans son combat contre Lord Voldemort.


A force d’insister, le professeur s’est braqué et refuse même de lui adresser la parole.

Harry n’a qu’une stratégie qu’il repère encore et encore : trouver le moyen de le convaincre de lui donner l’information dont il a besoin.


Qu’est-ce qui pousse ce jeune homme intelligent à répéter la même erreur encore et encore ? il est stressé, il craint les conséquences de son échec. Et tenter de raisonner quand on est gouverné par des émotions négatives a pour effet de ne pas poser les bonnes actions.


Cela conduit à se fermer psychologiquement à de nouvelles possibilités. Le corps et l’esprit fonctionnant en binôme, le visage se ferme également, avec les mains ou les bras croisés, le corps crispé parfois jusqu’au recroquevillement. C’est à cet instant qu’il faudrait lâcher prise pour laisser la place à un nouveau regard sur la situation notamment en faisant carrément autre chose et se foutre complètement du problème pour cesser de lui donner trop d’importance quel que soit sa nature.


Mais soudain la magie de la Vie se manifeste au travers de l’intuition d’Harry en décidant de boire la fiole de chance liquide (ACTION).




Dès qu’il l’a ingérée, son comportement change : il LACHE PRISE, se met en MOUVEMENT et ressent de la JOIE. Il n’a ENVIE que d’une seule chose, aller voir son ami Hagrid. Ce qui paraît sur le coup parfaitement irrationnel à ses amis qui le regardent bizarrement (voir vidéo en commentaire).


L’intuition n’a pas bonne presse dans une société de contrôle notamment par ce qu’elle fait sortir d’un fonctionnement collectif bien huilé et va provoquer des remous voire des changements radicaux de paradigmes :


  • Le regard désapprobateur d’autrui peut couper les ailes et pousser une personne intuitive à ignorer son intuition

  • La peur d’être rejeté par les autres est un fonctionnement acquit il y a des milliers années car est synonyme de mort puisqu’il y avait peu de chance de survie en étant seul. Cette peur a, dans notre monde moderne, fait taire de nombreuses intuitions.

  • Et c’est sans compter sur notre éducation qui induit à considérer l’intuition comme le contraire de l’intelligence ; je me rappelle, par exemple, qu’en terminal, mon prof de philo les avaient opposés mais aussi attribué le premier terme aux femmes et le deuxième aux hommes …


 

LA VOIE DU MENFOUTISME

L’intuition suppose d’être détendu, ouvert à de nouvelles opportunités, dans la joie (non euphorique) d’une nouvelle journée qui commence.


D’ailleurs Harry se sent très zen, voire menfoutiste, il se laisse guider par son envie. Si dans le film le trait est un peu forcé, pour autant cela décrit parfaitement l’état psychologique du menfoutiste : léger comme une plume qui avance au gré du vent.


Et chemin faisant, c’est là qu’il va rencontrer fortuitement Horace. Ce dernier lui fait la conversation alors que d’habitude il le fuit. Et Harry, qui auparavant aurait tout fait pour obtenir l’info, en cet instant s’en fout complètement car il va rejoindre son ami Hagrid.


Le professeur décide alors de l’accompagner pour sa sécurité et c’est là, dans ce nouveau contexte, qu’Harry obtiendra ce dont il a besoin quand Horace et Hagrid imbibés d’alcool se racontent des histoires du passé.


Il y a ici tous les ingrédients de ce que l’on appelle à tort chance et hasard heureux, mais c’est en fait la résultante d’un état d’esprit d’ouverture à ce qui se présente et permet de voir des possibilités que l’on ne pouvait voir jusque-là à cause de la crispation provoquée par la focalisation excessive sur un problème ou une situation.


Pour se faire, il faut lâcher prise et faire quelque chose qui libère l’esprit, qui laisse assez d’espace en soi pour permettre à de nouvelles idées de s’infiltrer dans l’esprit. Et ces nouvelles idées conduisent à des actions qui peuvent paraître absurdes mais amènent à appréhender la réalité autrement.


Dans le cas d’Harry Potter, son CHANGEMENT DE COMPORTEMENT permet alors à Horace de le VOIR AUTREMENT et oser lui confier l’information dont il a besoin.

Le menfoutisme d’Harry n’est pas de l’indifférence mais plutôt un détachement qui lui permet d’être « hyper » conscient de ce qui se passe autour de lui, de pouvoir interagir immédiatement avec tout et tous. Et ce, tout en n’y mettant aucun enjeu qui risquerait de le mettre dans une posture psychologique de fermeture impactant alors aussi la façon dont le professeur le verrait.


Les autres changent de comportement non pas quand il leur est demandé de le faire mais quand les conditions sont réunies pour qu’ils puissent décider de le faire. C’est notablement le cas lorsqu’une personne change sa façon de penser, cela change ses comportements et a pour conséquence de modifier les perspectives pour les autres, c’est un changement de regard envers soi, l’autre et les situations.


« Soyons le changement que nous voulons voir en ce monde » Gandhi

Et l’intuition est très forte pour donner les clés d’obtention de cette combinaison idéale sans faire d’effort. Enfin si, il y a un travail sur soi à faire (introspection) pour être capable d’entendre clairement, sans qu’elle soit parasitée par le mental, cette petite voix intérieure qui sait exactement ce que chaque personne a besoin au moment opportun pour elle et elle seule et ce dans tous les domaines de sa vie.

Elle ne se limite pas à la résolution de problème, elle s’invite dans toutes les décisions depuis l’atteinte de nos objectifs de vie pro et perso jusqu’à la satisfaction de nos besoins les plus primaires.

Elle vient aussi proposer de nouvelles orientations auxquelles on n’avait pas pensé, imaginé ou rêvé. Elle dit oui là où le contrôle mental dit non. Comme le dit le psychiatre Christophe André, « il faut muscler notre cerveau » pour ne plus éluder cette partie d’information qui est pourtant cruciale pour avancer sereinement dans la vie.


« L’esprit intuitif est un don sacré, et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don. » Einstein

METTRE LES EFFORTS LA OU C’EST VRAIMENT CONSTRUCTIF

L’intuition ouvre à d’infinies possibilités que le mental serait bien incapable d’imaginer, il a même tendance, le bougre, comme pour Harry, à faire reproduire les mêmes comportements tout en ayant l’illusion d’en avoir changé !


Se poser et se questionner sur ce que l’on veut vraiment dédouanés des peurs, des souffrances du passé et du conditionnement, c’est là qu’est le véritable effort à faire.

Ensuite lâcher prise pour découvrir que la Vie met toujours sur le chemin de chacun ce dont il a besoin pour satisfaire ses besoins. Autrement dit, l’invisible met sur le chemin de multiples possibles en termes de moyens pour atteindre un objectif.


« Aide toi et le Ciel t’aidera »

L’effort n’est donc pas, comme le prône la voie du contrôle dans la définition de tâches et leur réalisation qui obligent à avancer à contre-courant du mouvement de la Vie. Mais dans le développement d’une psychologie ouverte envers tout ce qui peut se produire et en tirer des opportunités en lien avec des aspirations personnelles et professionnelles. Ensuite le mental sera particulièrement efficace pour identifier les tâches nécessaires.


C’est la voie la plus efficace, la plus simple et la plus adaptée à ce que nous sommes individuellement psychologiquement et psychiquement.


Cela peut paraître simple sur le moment voire simplisme mais c’est un changement profond de paradigme qui fait basculer de la certitude à l’incertitude :


  • La certitude repose sur le contrôle, le sentiment de sécurité, la peur de perdre ce qui est acquis, etc.

  • L’incertitude, c’est l’acceptation que tout change en permanence, et donc que la sécurité par le contrôle est illusoire, elle est remplacée par la confiance, le libre arbitre et la liberté.


 

L’intuition est un antidote à la manipulation et à la pensée de masse, une super aide à l’expression de l’individualité source d’épanouissement et de sérénité, à ne pas confondre avec l’individualisme.


Mais soyons lucide, sans désengagement volontaire et personnel de chacun par la transformation de ses certitudes intérieures, c’est attendre que le changement vienne d’autrui et plus particulièrement par l’opération du saint Esprit ou du père Noël.


 « Ne rien attendre, …ne rien vouloir, être accueillant à tout ce qui peut advenir, savoir Dieu indifférent et lui faire pourtant confiance. » Henri Gougaud

La voie du menfoutisme n’est pas, par exemple, un état comateux ou euphorique au point d’être inconscient des conséquences ou encore être avachi sur son canapé en mangeant des chips et en regardant une série débile à la télé.


Ce n’est ni de l’irresponsabilité ou de l’individualisme mais la voie du mouvement et de l’innovation dès lors qu’elle dédouanée de la peur.L'intelligence émotionnel

Comments


bottom of page